30/04/2011

Souriez, vous êtes filmés...partout.

La Jeune et jolie secrétaire de direction de la grande surface a décidé de placer des cameras de surveillance dans le vestiaire des hommes. Le but est honorable puisqu’un de ces messieurs est soupçonné d’emporter des articles sans les payer. Par contre, la méthode employée pour confondre l’employé indélicat n’est pas très correcte, la jolie secrétaire de direction le sait, puisqu’elle décide de faire placer le moniteur de surveillance dans son bureau et de le cacher dans un meuble d’archivage qui ferme à clé, bien dissimulé derrière quelques classeurs.

La camera est découverte par un employé un peu plus malin que les autres ; une jolie petite camera dont l’objectif d’un diametre pas plus large que celui d’une cigarette est inserré dans le fond plafond. Il s’agit bien d’une camera « espion » ; plaçée là en dehors de toute réglementation légale.

La réaction est un peu surprenante ; l’infraction n’est pas bien grave, une jolie secretaire qui mate les employés masculins presque nus – et pourquoi pas nus après tout puisqu’il s’agit d’un vestiaire- et qui sait aujourd’hui que Paul porte des slips leopard, que Jean à un petit faible pour les strings, que fred devrait commencer un régime et que John a un « gros paquet » sous son slip.

L’affaire est étouffée, aucun employé ne porte plainte, la jolie secrétaire est déplacée dans un magasin voisin avec une petite promotion puisque du point de vue de son employeur, elle a agi dans l’intérêt de l’entreprise, la camera est démontée et tout le monde est beau, tout le monde il est gentil.

Réfléchissons un moment. De quoi s’agit t’il finalement ?

Une infraction aux règlements du travail ? On peut répondre clairement oui.
D’un abus de pouvoir ? Oui aussi.
D’une atteinte à la vie privée ? Oui et non, je ne connais pas bien la législation sur ce sujet et après tout la camera n’a pas été plaçée au domicile des employés.
D’un attentat à la pudeur ? je dirais clairement oui…mais mon opinion ne fait pas consensus :

Un directeur qui filme ses employées en petite culotte, c’est un attentat à la pudeur. Celui là repartira clairement menotté entre deux policiers et fera peut-être même « La Une » de la presse.
Une directrice qui filme et enregistre ses employés en slip, c’est rigolo, ce n’est pas un attentat à la pudeur surtout si elle est jeune et jolie.

Ce sont ces différences d’interprétation face à la loi qui me heurte le plus dans cette histoire ;

Une supérieure qui filme ses employés presque nus à leur insu, c’est amusant. La coquine.
Un supérieur qui filme ses employées presque nues à leur insu, c’est pas bien, le cochon.
Un supérieur qui filme ses employés presque nus à leur insu, bof, le curieux.
Un supérieur homosexuel qui filme ses employés presque nus à leur insu, c’est scandaleux, le pervers.

Suivant les cas, le coupable sera promu, inculpé, menotté ou « disputé »…

La loi est pourtant claire, elle est la même pour tout le monde, quel que soit son sexe ou son orientation sexuelle.
Ces « petits arrangements entre amis » sont devenus monnaie courante, parfois orchestrés par des lois et des tribunaux parallèles…
Les exemples les plus connus sont le football et…l’Église, de moins connus sévissent de la même manière, Ordres corporatifs que je ne citerai pas, règlement internes aux entreprises qui bafouent les lois sans ciller.

Bien sûr, l’histoire que viens de vous raconter n’a pas eu lieu, je l’ai inventée, et le hasard seul serait responsable si quelqu’un se reconnaissait dans ces faits inventés.
On se protège comme on peut…puisque la loi n’est pas la même pour tout le monde…

11:06 Écrit par John | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.